La régionalisation et la fusion du Port Autonome de Paris et des ports maritimes séquaniens : opportunités pour le développement de l’Axe Seine?

Faisant suite à la signature, le 12 janvier 2017, d’un programme de coopération interrégionale au service du développement de la vallée de la Seine, la question de la régionalisation portuaire a été mise au débat par les exécutifs des Régions Ile-de-France et Normandie, début mars, dans le cadre de la campagne présidentielle 2017.
En cours
Commission: 
Autosaisine
Rapporteur: 

Face à la concurrence exercée par les autres ports maritimes du Range nord (Anvers et Rotterdam notamment) et leurs impacts positifs sur l’attractivité du couloir rhénan et de son économie, il s’agit de déterminer si une régionalisation et une fusion du Port Autonome de Paris et des ports maritimes séquaniens (Le Havre et Rouen) s’avèrent des voies plus porteuses pour le développement de l’Axe Seine que le maintien de leur actuel statut d’EPIC d’État.

Il apparaît utile de s’interroger sur les avantages éventuels qu’une fusion des trois ports de la Seine pourrait présenter.

Les conséquences d’une fusion seront examinés sous les angles suivants :

  • financier avec la question de l’affectation des recettes pour assurer les besoins de fonctionnement et d’investissement de chacun des trois ports ;
  • sociaux au regard de la diversité des emplois et de leurs statuts ;
  • gouvernance avec la nécessité de conjuguer cohérence et équilibre.

En parallèle, il conviendra d’examiner les résultats obtenus dans le cadre du modèle de la coopération créé avec Haropa. En effet, il s’agit d’identifier les solutions les plus pertinentes pour porter le développement de l’Axe Seine dans une démarche de coopération interrégionale à renforcer.

Pour aller plus loin...